• La lecture de ses articles laissait souvent en moi une sensation d’un retour d’une courte visite en Kabylie. Généralement à Djemâa Saharidj.

    Par des mots simples, Cherif vous transporte, comme dans la douceur d’un conte près d’un kanoun, dans les sentiers de votre enfance au village. Sinon, comment se mettre dans la peau d’un poisson vivant ses derniers jours dans un aquarium d’Alger et parler de son mal-être ? Sinon encore, comment arriver à imaginer l’inspiration d’un artiste et décrire cet instant où nait l’œuvre ? …

    Artiste dans l’âme et dans ses gestes, Cherif ne cesse de nous émerveiller même avec une simple photographie postée sur Facebook. Que dis-je,  une œuvre photographique.

    Je me souviens lui avoir fait cet aveu : « mon souhait est qu’un jour tu écrives un livre (des livres). Ce jour-là, je ferais les mêmes pérégrinations que celles que j’ai faites dans ma jeunesse pour aller acheter un nouveau disque de Lounis Aït_Menguellet à Tizi-Ouzou ou à Alger ».

    Bref, une visite de ce petit lien vous en dira un peu plus. Mais pas tout sur le génie aux multiples talents Moh Cherif : https://www.facebook.com/profile.php?id=100001698824643&sk=notes


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :